Abidjan : 2000 véhicules recherchés pour "fraude" au Guichet unique

Depuis le début de la semaine les agents des douanes ont investi différents axes routiers d’Abidjan, procédant à des contrôles habituellement dévolus à la police et à la gendarmerie.

L’objectif est précis: repérer et récupérer un ensemble de véhicules importés sortis du Port sans être passés par le circuit normal de dédouanement et d’immatriculation.

L’affaire est sérieuse. Environ 2000 voitures? essentiellement des bolides de luxe, sont concernées, appris Acturoutes de sources proches du dossier.

L’estimation de la taxe due à l’Etat est de plus de 5 millions de FCFA par engin. En somme, une perte de plus de 10 milliards pour l’économie ivoirienne.

Le ministère des transports et le Secrétariat d’Etat en charge du budget se sont saisi du dossier et ont diligenté une enquête. «Celle s’inscrit dans le cadre de la politique d’assainissement» engagée par les autorités de tutelle.

Des responsables du Guichet unique arrêtés

Les recherches ont abouti à l’arrestation lundi de M. Mamadou Fofana, Directeur Général du Guichet unique automobile (GUA), structure centralisée de gestion des opérations d’importation de véhicules.

Sur cette plateforme, interviennent diverses entités dont les douanes et des structures techniques. Ce qui laisse penser que l’exfiltration de ce lot de véhicules ne s’est pas faite sans une chaine de complicités.

En dehors du DG du GUA, plusieurs de ses collaborateurs ont été également soit entendus par la police, soit mis aux arrêts. C’est évident.

La Direction générale de Quipux Afrique, structure technique opérant dans le cadre de l’informatisation de l’enregistrement et la délivrance des documents de transport, affirme qu’elle est disposée à contribuer à la manifestation de la vérité.

«La base données unique des immatriculations en cours de consolidation par Quipux Afrique, a permis de fournir aux enquêteurs des informations précieuses quant à la traçabilité sur l’activité des différents intervenants dans la chaine de production des cartes grises en matière d’immatriculation», indique un communiqué produit ce mercredi.

Les nouvelles technologies sollicitées
L’outil technologique est d’un recours déterminant dans la réforme qui vise à assainir le secteur du transport routier.

L’automatisation de la visite technique automobile, la dématérialisation de la vignette auto ainsi l’enregistrement biométrique du permis de conduire sont entre autres des innovations adoptées et apportant des garanties de fiabilité aux usagers.

Au plan sécuritaire, les nouvelles technologies facilitent les contrôles et l’élimination des documents contrefaits ou frauduleux.

Le ministère des transports reste ferme et assure que «cette opération (d’inspection) s’étendra dans plusieurs structures» sous sa tutelle.

Ce scandale éclate au moment où le ministère des transports en concertation avec les importateurs de véhicules d’occasion a accordé un délai supplémentaire pour l’entrée en vigueur d’un décret interdisant d’importer des véhicules d’occasion d’un certain âge. De quoi soupçonner la résurgence sinon la persistance du démon de la corruption et de la fraude dans le milieu.

A Abidjan, environ 300 véhicules sont immatriculés quotidiennement au GUA. Le volume d’immatriculations est en hausse de 10% par an, selon une étude.

Célestin KOUADIO
Source : acturoutes.info

Partagez cet article