Dégradation de l’Autoroute du Nord : 19 milliards de FCFA pour corriger les imperfections

400 milliards de FCFA de déficit à rattraper. C’est le challenge à relever par le Fonds d’entretien routier (Fer) pour donner à la Côte d’Ivoire un réseau routier performant. « Le réseau routier est vieillissant. Il est une nécessité de procéder à une vaste réhabilitation des routes. Car, il faut rattraper une décennie de travaux de réhabilitation. Pour ce faire, nous avons 400 milliards de FCFA de déficit à rattraper car les routes sont en détérioration avancée », a expliqué le Directeur général du Fer, Siandou Fofana.

A l’occasion d’un séminaire bilan autour du thème: «Quelle contribution du Fer dans le financement du Plan national de développement (Pnd 2016-2020)?» A l’en croire, il faut sept milliards de FCFA pour couvrir le service de la dette alors que le péage rapporte annuellement 10 milliards de FCFA. «Aujourd’hui, nous avons la possibilité de couvrir entièrement les charges. Toute fois, les prévisions de recette fixées sur la base des tarifs proposés ne sont atteintes que de moitié. L’Etat ne fait aucun apport pour couvrir les besoins et nos engagements d’exploitation de l’autoroute », a poursuivi le DG du Fer.

Selon lui, les perspectives sont bonnes dans la mesure où notre pays enregistre une croissance du trafic de 9,7 d’année en année. « Nous arrivons à couvrir les besoins d’entretien. Quand nous aurons amortis tout le service de la dette et nos engagements vis-à-vis de nos partenaires et banques, on pourra faire une prévision pour le développement », a reconnu Siandou Fofana.

Avant d’ajouter que l’autoroute du Nord sera de nouveau en chantier pour deux projets majeurs. Il s’agira, d’une part, de rattraper les zones sujettes à des dégradations (un chantier de 19 milliards de FCFA). Et 30 autres milliards de FCFA sont prévus pour la construction d’une aire de repos.

Siandou Fofana a expliqué que les imperfections sur la voie sont liées à la période de crise entre 2002 et 2011 qui a occasionné de nombreux arrêts de travaux. «Les fondations ont dû prendre de l’eau au point que la zone est devenue spongieuse. Sous l’effet de la circulation, on a assisté à un affaissement», a-t-il indiqué dans un échange avec la presse. Il a assuré que les travaux de rénovation démarreront «avant la fin de l’année».

Derrière cet engagement à remettre la voie internationale à niveau, transparaît la détermination du DG et de l’Etat ivoirien à «tirer les leçons et mener des actions pour éviter que de tels cas se reproduisent».

Le Fer participe au financement de la stratégie d’amélioration du réseau routier qui nécessite un investissement de 2.750 milliards de FCFA sur dix ans, selon une étude réalisée par des experts de la Banque mondiale. Pour la période 2016-2018, le Fer doit rechercher le financement relatif au volet n°2 de la stratégie de remise à niveau du réseau par des travaux de renforcement et de réhabilitation.

Pour les villes de l’intérieur du pays, il est prévu une extension du revêtement des routes des chefs-lieux de district, de région et département. Le coût global de la mise en œuvre de ce programme sur la période 2016-2020 est estimé à 3.760 milliards de FCFA.

Abou Traoré
Source : Le Sursaut

Partagez cet article