Face aux accidents répétés : La construction de ponts piétons exigée sur le VGE

Au regard des réels dangers liés à la circulation et surtout à la traversée du boulevard Valery Giscard D’Estaing (VGE), la méga-star Alpha Blondy a cru bon d’attirer l’attention de tous.

Dans une de ses productions discographiques, notamment l’album ‘’’Jérusalem’’ sorti en 1986, il a composé un titre qui porte sur le VGE qu’il a qualifié de boulevard de la mort. Ce qui est une réalité que témoignent les nombreux et réguliers accidents sur cette voie. Exacerbées, les populations riveraines plaident, aujourd’hui, pour la construction de ponts piétons pour y mettre fin.

« Depuis l’existence de ce boulevard, les autorités n’ont pas songé à y construire des ponts piétons. Pourtant, le pont Henri Konan Bédié, nouvellement construit, dispose de deux ponts piétons au niveau de Marcory. Ce qui a l’avantage de protéger les riverains», fait noter un travailleur de la zone 4 qui traverse régulièrement le VGE, comme bien d’autres.

Cette dame rencontrée au grand carrefour de Koumassi ne dit pas autre chose. Pour elle, ce boulevard doit bénéficier de passerelles en hauteur pour mettre à l’abri les nombreux travailleurs de la Zone 4. « Le Grand carrefour de Koumassi enregistre un flux important de personnes travaillant de l’autre côté de la grande voie (Zone 4). Elles bravent, chaque jour, ce boulevard où les automobilistes roulent à tombeau ouvert », a-t-elle fait remarquer.

Ces récriminations qui sont récurrentes n’ont toujours pas eu d’échos favorables auprès des autorités compétentes. «Même la nouvelle autoroute de Grand-Bassam qui prend sa source dans la Commune de Port-Bouët dispose de plusieurs ponts piétons au niveau des quartiers populaires de Derrière Wharf, Adjouffou, Gonzagueville. Pourquoi pas le VGE qui traverse des quartiers d’habitation et les zones industrielles ? », s’interroge un élu municipal de la Commune de Koumassi.

Notons que le boulevard Valery Giscard D’Estaing (VGE), long de huit (8) Km et large d’environ 100 mètres, est la plus grande artère traversant Abidjan Sud. Son ouverture à la circulation a été faite en janvier 1978 par la volonté du premier président Ivoirien. Il relie l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny aux Communes de Port-Bouët, Koumassi, Marcory, Treichville, Plateau.

Son long tracé fait de lui une voie stratégique et de grande fréquentation. De cette réalité, le VGE devrait bénéficier de dispositions pratiques en vue de permettre un passage aisé des nombreux travailleurs qui le pratiquent quotidiennement. L’absence de ces dispositions fait de lui un des boulevards les plus meurtriers d’Abidjan. Même si, à ce jour, l’on ne dispose d’aucune statistique officielle.

G. De Gnamien
Source : Le Mandat

 

Partagez cet article