Abobo / Réhabilitation de la voie Samaké-Abobo gare : Pourquoi les travaux n’ont pas encore débuté

Lancé depuis le 23 mars, les travaux de réhabilitation de l’axe Samaké-Mairie d’Abobo n’ont toujours pas démarré. Jusqu’à quand les usagers de la voie Samaké-Mairie d’Abobo pourront-ils circuler sur un tronçon respectable ? La question mérite d’être posée.

En effet, presque qu’un mois après le lancement – le 23 mars - des travaux de réhabilitation dudit tronçon par le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, rien n’a encore commencé. Aucune machine n’est visible sur le chantier.

Pourtant, le passage du chef du gouvernement a donné beaucoup d’espoir aux usagers de cette route qui – à l’instar de tous les Ivoiriens-sont habitués à voir les chantiers démarrer une fois le coup d’envoi donné.

La voie, dans un état de dégradation avancée, continue de donner du fil à retordre aux automobilistes. Du fait des creux qui jonchent tout le long du trajet, impossible de respecter un quelconque code de la route sur cet axe très sollicité.

Conséquence : les accrochages suivis d’empoignades entre automobilistes sont devenus des spectacles fréquents. «Plusieurs routes ont été réhabilitées à Abobo ici. Mais cette route (Samaké-Mairie Ndlr) est plus dégradée que les autres», fait remarquer une commerçante.

«Nous ne savons pas ce que les gens attendent pour commencer les travaux», s’interroge un chauffeur de Gbaka de la ligne Abobo-Adjamé. Joints, les responsables du Projet de Renaissance des Infrastructures en Côte d’Ivoire (PRICI), en charge du chantier, ont tenu à rassurer sur l’exécution du chantier dans les délais.

Selon le service communication, depuis le lancement des travaux, le mercredi 23 Mars 2016, plusieurs activités d’études sont en cours. «Le démarrage du chantier a commencé par la phase préparatoire d’études, de sondages et de déplacements de réseaux, en raison de la nature des travaux, précisément de la réhabilitation lourde. Il s’agit notamment de la reconnaissance de tous les réseaux avec les concessionnaires afin de procéder à leur déplacement dans les règles de l’art, suivie de l’identification des ouvrages d’assainissement et des dysfonctionnements éventuels en vue de leur réhabilitation. Pour cela, les populations installées sur ces ouvrages doivent être préalable-ment délocalisées pour être réinstallées hors de la zone du projet», a expliqué notre interlocuteur.

Avant d’ajouter qu’après cette étape, interviendra la phase de relevés topographiques et d’essais géotechniques afin de proposer des solutions techniques visant à garantir la durabilité de la chaussée à réaliser.

Cette phase préparatoire, a-t-il poursuivi, durera environ 3 mois. Elle permettra de préparer, dit-il, les différents plans d’exécution en vue de faciliter la réalisation des différentes tâches et d’assurer le drainage de la plate-forme afin d’éviter de polluer les couches de chaussée pendant la saison des pluies.

C’est à la fin de toutes ces étapes que débuteront, selon le collaborateur de Pierre Demba, les travaux de terrassement et de chaussée de la voie. Reste à savoir quand cette phase démarra effectivement.

Par K. Anderson
L’Expression

Partagez cet article