Baisse des tarifs du transport/Abdoulaye Sylla, président de la FENSC-CI :‘’La baisse du coût du transport ne profite pas aux transporteurs’’

Suite au cri de cœur des centrales syndicales lié à la cherté de la vie, lors de la fête du 1 er mai 2016, le Président de la République, Alassane Ouattara a demandé aux transporteurs de baisser les tarifs du transport afin de faire face à la flambée des prix sur le marché.

Malheureusement, l’appel du chef de l’Etat semble tomber dans des oreilles de sourd. Abdoulaye Sylla, président de la Fédération Nationale du Syndicats des Chauffeurs de Côte d’Ivoire (FENSC-CI), par ailleurs président du Collectif des Fédérations des Chauffeurs Professionnels de Côte d’Ivoire donne les raisons de la réticence des transporteurs.

Selon lui, la dernière augmentation des coûts de transport intervenue, suite à la crise du pétrole, n’est pas entièrement appliquée sur les tronçons. Il en veut pour preuves, le tarif du tronçon Abidjan-Bouaké où les passagers déboursent 5000 FCFA au lieu de 7000 FCFA comme prévu par l’augmentation.

Devant cet état de fait, Abdoulaye Sylla estime que les transporteurs font déjà assez d’efforts pour supporter le coût du transport. C’est pourquoi, affirme-t- il, il revient au gouvernement ivoirien d’aider les transporteurs en leur octroyant au moins 5 FCFA prélevés sur l’argent du pétrole.

Ce montant leur sera reversé par le truchement du Fonds de garantie du transport afin de leur permettre de renouveler les parcs automobiles. Car, précise-t- il, la somme d’un milliard (1.000.000.000) de FCFA mise annuellement à la disposition du fonds de garantie par l’Etat de Côte d’Ivoire, sous forme de subvention, n’est pas reversée dans la trésorerie du fonds.

En revanche, le président de la FENSC-CI félicite le gouvernement pour les efforts consentis dans l’entretien du réseau routier au profit des transporteurs et l’exhorte à renforcer le parc automobile.

Aussi, interpelle-t- il ses pairs à faire en sorte que le secteur du transport routier sorte de l’informel par la création des entreprises de transport. Evoquant la suspension du renouvellement du permis de conduire, Abdoulaye Sylla approuve la décision du chef de l’État. En effet, rappelle-t- il, qu’il faut attendre chaque 5 an pour le renouvellement du permis de conduire.

Cette suspension n’est sans conséquence. Les conducteurs qui ont perdu leur permis de conduire n’arrivent pas à s’établir le duplicata. C’est pourquoi, il souhaite que la décision soit levée. Quant à la fiabilité du permis de conduire format carte de crédit, Abdoulaye Sylla dit ne pas disposer de moyens pour la vérifier. Cependant, il retient seulement qu’après deux années de vie, la photo se dégrade seule.

Serge Digbeu
Source : Transport Hebdo

Partagez cet article