Baisse du coût du transport : Des réductions de 200 à 2000 Fcfa réalisées à l'intérieur du pays

72 heures après l’entrée en vigueur de la mesure de réduction du coût du transport urbain et interurbain, les transporteurs se sont retrouvés hier mercredi 03 août à Treichville pour dresser un bilan à mi-parcours de cette opération.

Le Dg du Haut conseil du patronat des entreprises de transport routier (Hcpetr), Diaby Ibrahim, a affiché sa satisfaction quant à l'application de cette mesure. « Nous sommes satisfaits et disons merci aux chefs d’entreprises de transport et aux conducteurs. Nous les exhortons à continuer dans ce sens pour faire appliquer cette décision », a invité le Dg du Haut conseil.

A l'aide d'une projection vidéo, il a montré les différentes lignes de l’intérieur de la Côte d’Ivoire qui affichent, depuis l’entrée en vigueur de la mesure, un réajustement tarifaire avec des réductions comprises 200 Fcfa et 2 000 Fcfa.

A titre d’exemple, la ligne Oumé-Yamoussoukro est passée de 2 000 Fcfa à 1 800 Fcfa ; la ligne Oumé-Kimissou est passée de 2 500 Fcfa à 2 000 Fcfa ; Bondoukou-Bouna, le tarif est passé de 4 000 à 3 500 Fcfa ; la ligne Bondoukou-Abidjan a connu une baisse de 2 000 Fcfa, passant de 8 000 à 6 000 Fcfa ; Divo-Daloa est passée de 5 000 à 4 500 Fcfa ; Daloa-Man est passée de 6 000 à 5 000 Fcfa ; Korhogo-Abidjan fait désormais 8 000 Fcfa, au lieu de 10 000 Fcfa par le passé.

Sur les difficultés d’application des nouveaux tarifs constatées dans certaines zones, le Dg du Haut conseil s’est voulu rassurant. « Très souvent, les responsables de ces zones ont parlé de problèmes de communication, de coordination et de réglage à faire. Certains attendent un certain nombre de détails pour commencer le travail. Sinon, notez qu’il n’y a aucune résistance dans cette affaire. Nous sommes engagés dans un processus», a-t-il précisé.

Diaby Ibrahim a insisté que le réajustement tarifaire appliqué aujourd’hui par les transporteurs est ‘’un effort national de solidarité, volontaire, participatif, mais qu'il est un processus qui ne se fera pas en 48 heures. Il y a des réglages à faire jusqu’à ce que la machine puisse trouver sa vitesse de croisière’’, a-t-il dit.

Le Dg du Haut conseil a demandé aux usagers de ne pas se baser sur les difficultés de mise en œuvre de cette opération et considérer cela comme une volonté pour les transporteurs de ne pas appliquer le réajustement tarifaire ‘’qu’ils ont eux-mêmes accepté de s’imposer’’.

Diaby Ibrahim a annoncé une grande rencontre pour la semaine prochaine, pour faire le point de la mise en œuvre de cette mesure aussi bien à Abidjan qu’à l’intérieur de la Côte d’Ivoire. Une rencontre qui enregistrera la présence des chefs d’entreprises et des chauffeurs.

Irène BATH
Source : L’Inter

Partagez cet article