Bonjour embouteillages et accidents de la circulation !

Décembre. Mois de tous les vices. Egalement, mois par excellence des accidents de la circulation du fait de la densité des mouvements de personnes et des engins roulants. C’est une période les populations se déplacent beaucoup, qui pour des courses de tout genre, qui pour des voyages...

Tout cela, en prévision de trois grandes célébrations festives contenues dans ce mois : le réveillon (24 décembre), le jour de Noël (25 décembre) et la Saint-Silvestre (31 décembre). Sur les grandes artères des grandes villes du pays, l’ambiance est stupéfiante.

A Abidjan particulièrement, le trafic s’intensifie davantage sur certaines artères historiquement embouteillées. On note, entre autres, le boulevard Giscard d’Estaing, dans la commune de Marcory. Ici, les jours à venir verront un ralentissement plus important de la circulation, vu que hier vendredi, un grand centre commercial international y a ouvert ses portes.

Le grand carrefour de Koumassi, le boulevard Latrille (Deux Plateaux, commune de Cocody), l’autoroute du nord Adjamé-Yopougon, etc., grouillent de véhicules à toutes heures. Sur ces voies, les accidents ne sont pas rares. En effet, les automobilistes véreux, faisant fi du code de la route, s’autorisent à passer les feux tricolores lorsqu’ils sont au rouge.

Occasionnant des accrochages, allant jusqu’à provoquer dans la plupart des cas des blessés graves et des morts. Les compagnies de transport, quant à elles, n’ont pour seul souci, en ces temps où les voyages se font fréquents, que de faire plus de profit. Du coup, les limitations de vitesse sur les voies autoroutières ne sont pas respectées. Ce qui fait que, là également, l’on enregistre de forts taux d’accidents de la circulation.

Certains individus lient parfois ces phénomènes d’accident à des réalités métaphysiques. Indiquant que c’est la période pendant laquelle plusieurs sacrifices nécessitant l’effusion de sang sont faits. Les religieux, quant à eux, parlent de plans diaboliques. Et conseillent à leurs fidèles de demeurer en prière.

Toutefois, pour le commun des mortels, ces incidents malheureux sont la résultante de l’imprudence des conducteurs ou usagers de la route ainsi que du mauvais état des véhicules et du réseau routier. Selon les statistiques en vigueur en Côte d’Ivoire, ce sont en moyenne 600 décès et 13.000 blessés par an qui sont dus aux accidents de la route, 94% étant imputés aux conducteurs et 6%, au mauvais état de la route. Les accidents de la route représentent la deuxième cause de mortalité chez les jeunes de 5 à 25 ans selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms).

E. LATH

Partagez cet article