Bouaké / Campagne électorale : Plusieurs stations d'essence en rupture de stock

La campagne électorale bat son plein depuis quelques jours dans la ville de Bouaké. Elle a véritablement un impact sur les activités économiques.

En effet, le carburant servi à la pompe, matière indispensable dans le transport, a connu le week-end dernier une pénurie dans la ville de Bouaké. Plusieurs stations-services étaient presque toutes en rupture de stocks.

Arguments avancés par gérants et pompistes, les acteurs de la campagne électorale se sont tous approvisionnés, laissant ainsi de nombreux opérateurs économiques avec des réservoirs de leurs véhicules et motos vides.

Timo, conducteur de moto-taxi qui dit avoir l’habitude de se ravitailler dans les stations d'essence, crie son amertume. «Depuis le jeudi, je n’ai pas pu me ravitailler en essence dans une station-service à cause de la campagne présidentielle. Pour ne pas chômer, je suis obligé de me diriger vers les détaillants de carburant qui nous servent dans des bouteilles à ciel ouvert», témoigne-t-il.

Un tour dans une station du quartier Air France 2, non loin du Collège Tsf, nous met face à la dure réalité. «Nous sommes en rupture de stocks. Allez-y ailleurs; si vous avez de la chance, vous en trouverez», nous lâche un pompiste.

Le constat est général: les stations-services étaient toutes en panne sèche, la campagne électorale, qui s'est ouverte depuis le 9 octobre dernier, a connu un autre élan avec l'arrivée de plusieurs mastodontes appartenant essentiellement à l’état major du RHDP.

De BAMELA à Bouaké

Autre presse

Partagez cet article