Carburant toxique : Le carburant “qualité africaine ” n’est pas vendu en Côte d’Ivoire

Le lièvre a été levé par l’organisation non gouvernementale suisse, « Eye ». Dans un rapport publié le 15 septembre et repris par la presse, l’Ong dévoile ce qu’on pourrait appeler un vaste réseau de commercialisation de produits pétroliers, notamment du gazoil.

Le document rédigé à partir d’une enquête menée pendant trois ans dans huit pays africains dont la Côte d’Ivoire affirme que les quatre géants suisses du commerce des matières premières déversent sur les marchés africains du carburant invendable en Europe en raison de leur teneur en soufre, entre 200 et 1000 fois supérieure aux normes sanitaires autorisées. L’étude précise que ce commerce quoique présentant des risques pour la santé humaine est légal en raison de la faiblesse des normes admises dans les pays enquêtés.

Le ministre du Pétrole et de l’énergie étant absent d’Abidjan, aucune réaction n’a été obtenue de son cabinet, et de ses démembrements concernés par ce sujet. Mais une source du milieu pétrolier ivoirien a indiqué que la totalité du carburant vendu à la pompe en Côte d’Ivoire est raffiné par la Sir à Abidjan. Cette entreprise qui a su se relever des périodes difficiles qu’elle a connues, a une capacité de production largement au-dessus de la demande nationale.

En revanche, des sociétés pétrolières dont les filiales des groupes suisses mis en cause peuvent importer du produit raffiné et l’exporter dans des pays en fonction des normes qui y sont admises.

Concernant la toxicité des produits mis sur le marché par la Sir, l’expert en pétrole explique que les normes utilisées par la Raffinerie ivoirienne sont conformes à celles admises en Afrique, même si elle est en dessous de celles appliquées en Europe.

Il n’y a donc pas lieu de s’affoler, a-t-il indiqué. Toutefois, selon des indiscrétions, le gouvernement suit le dossier de très près et une réunion pourrait être convoquée en début de semaine prochaine pour échanger avec les dirigeants des filiales ivoiriennes des sociétés pétrolières mises en cause par l’enquête.

DAVID YA
Source : fratmat.info

Partagez cet article