Chute du prix du gaz oil et De l’essence : Les usagers exigent la baisse des tarifs routiers

- Les raisons du refus des transporteurs

Le prix du transport reste inchangé sur les différents trajets du district d’Abidjan de même que sur les lignes de l’intérieur du pays. Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara au cours de son discours du 1er Mai, a pourtant requis aux transporteurs ivoiriens de passer à une baisse des tarifs.

Le coût du Gazoil qui était à 615 est actuellement à 570, pareil pour le Super qui était vendu à 790f. Pour la plupart des transporteurs, l’Etat doit faire plus d’effort pour que ces réductions puissent entraîner la diminution du coût unitaire du transport sur le territoire national.

D’autres charges telles que le prix des pièces de rechange et les ponts à péages constituent des raisons de la flambée du tarif selon les transporteurs. Force est de constater que le secteur du transport en Côte d’ivoire est étiqueté dans le secteur tertiaire comme «un haut lieu de cafouillage».

L’on se rappelle que la construction de la gare routière d’Abobo Pk18 n’a pas permis de désengorger la commune d’Adjamé parce que les transporteurs ont refusé de s’y installer.

Plusieurs mesures prises par l’Etat pour la fluidité routière se sont soldées par un échec vu le manque d’adhésion des professionnels du milieu des transports. Entre temps, les usagers continuent de supporter cette désorganisation et ces conséquences.

Aujourd’hui, c’est le consommateur qui doit supporter les frais des ponts péages et même souvent, payer plus en cas d’embouteillage ; tout cela dans un climat d’insécurité routière.

Source : La Gazette

Partagez cet article