Contrôle automobile : La Sicta se dote d’une 18e station permanente

La Société ivoirienne de contrôle technique automobile (Sicta) a inauguré, le mercredi 17 avril, à Dabou, la nouvelle station permanente de contrôle automobile qui répond au souci d’harmoniser et d’uniformiser la visite technique. « L’harmonisation et l’uniformisation de la visite technique a permis de réduire la corruption de 70% à la Société ivoirienne de contrôle technique automobile», a révélé M. Ya Kouassi Emile, directeur général de la Sicta.

Cette station qui a couté 210 millions de Fcfa porte à 18, le nombre des stations permanentes dont la Sicta dispose désormais, avec un taux de fréquentation de 25 véhicules par jour. «Il ne faut pas se le cacher, pendant des années, la Sicta a été source de corruption. Il fallait y remédier», a-t-il justifié. C’est pourquoi, dira-t-il, en réduisant l’intervention humaine, on réduit, de facto, la corruption. En informatisant et en automatisant le contrôle, c’est désormais la machine qui détermine la valeur d’une défectuosité.

Selon lui, cette façon de faire permet de réduire les accidents de la circulation et de préserver des vies humaines. Cependant, « lorsque les stations permanentes sont dotées de machines sophistiquées pour déceler les dysfonctionnements, les usagers vont vers les stations périphériques », a-t-il souligné. Pour y remédier, la Sicta a acquis trois bancs mobiles. «C’est le copié-collé des équipements que nous avons dans les stations permanentes», a-t-il soutenu. Il a expliqué qu’au niveau des projecteurs, du ripage, du banc de suspension et de freinage, le contrôle technique, avec les nouveaux équipements, se fait de façon automatique.Hormis les pneumatiques et le bas de caisse qui sont traités de façon visuelle.

Par ailleurs, il a souligné que le taux de fréquentation des nouvelles stations, à Abidjan, est autour de 300 véhicules par jour. M. Ya a affirmé que la Sicta traite, en moyenne, 1500 véhicules par jour sur toute l’étendue du territoire. Le taux de refus, à l’en croire, tourne autour de 32%. «Nous ne traitons que 60% du parc automobile. C’est-à-dire qu’il y a 40% qui ne viennent pas chez nous », a-t-il déploré. Notons que la Sicta dispose de 29 stations temporaires et 3 bancs mobiles et s’est engagé également dans la démarche qualité, selon la norme 9001/2008.

CHEICKNA D. SALIF
fratmat.info

Partagez cet article