Contrôle sur les routes : Les automobilistes attendent les radars automatiques

Les radars automatiques ont été annoncés et mis en service pour apporter les preuves des infractions des automobilistes, a informé le 28 juin 2015, le Directeur général de l’Office de sécurité routière(Oser), Dr Echui Aka Désiré.

Selon lui, le ministre des Transports les a instruits sur l’usage prochain de radars automatiques qui seront équipés du système des technologies de l’information et de la communication (Tic). « Ce qui nous permettra d’apporter la preuve des infractions qui seront désormais enregistrées puis signifiées aux conducteurs », a-t-indiqué.

Avant de poursuivre que cette technique annoncera le retrait des agents sur les routes, évitera les disputes inutiles sur la pertinence des infractions et les tentatives de corruption. Les règlements des contraventions se feront avec des pénalités selon le temps imparti pour se mettre à jour, a prévenu le Directeur général de l’Oser. Et d’ajouter que l'Office de sécurité routière aura pour mission de sanctionner le déficit de formation.

Depuis l’annonce de ces radars automatiques le 28 juin 2015 aucun signe de la confirmation de leur installation n’est visible. Donc l’ancien système continue, le racket et la corruption battent le plein sur les routes. Lors de son passage devant les députés récemment, le ministre des Transports, Gaoussou Touré avait annoncé le retrait des radars sur les routes.

Mais rien n’est fait. Vu ces nombreuses décisions prises sans être mises en application, les automobilistes expriment leur impatience. «Nous attendons la mise en service des radars automatiques pour mettre fin aux rackets. Pourquoi en Côte d’Ivoire, les gens prennent des décisions sans les accomplir ? Nos autorités disent une chose aujourd’hui, demain c’est le contraire.», ont indiqué quelques automobilistes.

Selon eux, la Côte d’Ivoire peut être émergente, mais il faut corriger certaines choses rapidement. Selon des collaborateurs du ministre des Transports, il a présenté l’avènement de ces équipements hypersophistiqués déjà utilisés dans les capitales occidentales dans le cadre du renforcement des moyens et des pouvoir de l’Office de sécurité routière (Oser).

Pour eux, ces radars automatiques ont une portée de vue plus longue que les radars actuels et portent un pronostic indiscutable parce que dépourvu de l’intervention humaine.

L'autre volet de l'action contre l'insécurité routière en Côte d'Ivoire concerne la réforme du secteur des transports qui bénéficie de l'appui ferme du gouvernement.

Bakou Norbert
Source : Nouveau Navire

Partagez cet article