Infrastructures routières / Germain Kouakou, DGIR : « La Côte d’Ivoire va appliquer le règlement 14 »

Le règlement 14 visant à réduire les surcharges au niveau du transport des marchandises et à normaliser le gabarit des véhicules entre en vigueur ce jeudi 6 avril 2017.

L’on ne devrait plus voir dans la circulation les camions de transport de marchandises surchargés, à compter de ce jeudi 06 avril 2017. Cette mesure a été annoncée lors d’un point de presse par le Directeur général des Infrastructures routières, Kouakou Yao Germain.

Il s’agit du Règlement 14 édité par l’Uemoa pour normaliser le transport routier de marchandises lourdes dans l’espace de l’Uemoa du Ghana et de la Guinée. « A partir de ce 6 avril, la Côte d’Ivoire va appliquer le règlement 14 sur le transport international. Parce que les autres pays ont déjà commencé à l’appliquer. Il nous faut nous conformer à ce qui se fait par rapport à nos partenaires internationaux. Ce règlement vise à réduire les surcharges au niveau du transport des marchandises et à normaliser le gabarit des véhicules», fait savoir Germain Kouakou, par ailleurs Point focal du comité de suivi pour l’application du Règlement 14.

Cependant, le premier responsable des infrastructures routières a précisé que cette disposition va concerner dans un premier temps, le trafic international dans les Ports d’Abidjan et de San Pedro dans les autres plateformes et tous les corridors. « Au niveau national, l’application du règlement 14 a été différée au 1er juillet 2017 en raison des frets au niveau de nos ports. Nous sommes dans la saison de pique en raison de la vente des produits de spéculation tels que le cacao, le coton et l’anacarde. Il y a donc une congestion au niveau du port. Et donc on n’a pas voulu ajouter à cette congestion l’application du règlement 14 qui va générer encore des factures supplémentaires. A partir du 1er juillet, l’application du règlement 14 va impacter tout le transport national», précise-t-il.

Ce qui attend les réfractaires

Le comité de suivi pour l’application du règlement 14 dirigé par Kouakou Yao Germain ne veut pas faire de cadeau aux opérateurs économiques, aux transporteurs et aux conducteurs des véhicules lourds de transport de marchandises utilisant le réseau routier qui ne se conformeront pas à ces dispositions.

Des sanctions allant jusqu’à l’amende ont été taillées pour le réfractaires. « Amende de 60 000 FCfa par tonne excédentaire pour le trafic international. Les plateformes devront délivrer un certificat de conformité à tous les camions sortant sous peine d’une amende de 200.000 FCfa par camion, les camions non munis de certificat de conformité seront refoulés à leur lieu de chargement et sanctionnés conformément aux amendes prévues par le Règlement 14, une amende de 100 000 FCfa pour le non-respect de la hauteur de gabarit fixée à 4.5 mètres et une amende de 100 000 FCfa pour le refus de se faire peser », a averti le point de focal.

Les avantages du règlement 14

L’application du Règlement 14, au dire des responsables chargé du suivi, est une disposition qui vise à normaliser le transport de marchandises lourdes sur nos réseaux routiers au niveau de la communauté de l’Uemoa, du Ghana, et de la Guinée. « En effet, lorsqu’on construit les routes, il y a des poids qui sont utilisés pour calculer les dimensions de ces routes. Et donc, les marchandises transportées ne doivent pas excéder ces poids utilisés pour dimensionner nos routes. Autrement, on précipite la dégradation de nos chaussées. Ce règlement vise donc à canaliser tout le transport en termes de gabarit et de poids. Ce règlement vise à minimiser les effets tendant à précipiter la dégradation de nos infrastructures routes », informe-t-il.

Et de lancer cet appel : « Je vais donc demander à tous nos partenaires économiques de prendre les dispositions pour lesquelles nous avons eu plusieurs rencontres de telle sorte qu’à partir de cette date, ils puissent respecter les charges autorisées sur nos différents corridors ».

Pour rappel, le Règlement 14 de l’Uemoa a été édité depuis 2005. Et le 23 septembre dernier, lors d’une réunion des Ministres en charge des infrastructures et des transports routiers des Etats membres de l’Uemoa, du Ghana et de la Guinée, une déclaration a été adoptée. Il s’agit de l’application du règlement 14 à partir du 1er février 2017 au niveau des plateformes portuaires et aussi de l’application intégrale à partir du 1er avril au niveau des corridors routiers et des plateformes.

Francis Aquey
Source : Le Mandat

Partagez cet article