L'impact environnemental du bitumage de l’axe Gagnoa-Gueyo expliqué

Le Bureau national d’étude technique et de développement (BNETD) veut rassurer les populations riveraines à l’axe Gagnoa-Gueyo sur les désagréments que pourraient leur causer les travaux de bitumage de cette voie.

Les conséquences néfastes que pourront subir les populations, les dispositions coutumières à prendre et les dédommagements prévus par la législation ont été expliquées, vendredi, à la chefferie traditionnelle de Gagnoa par une mission du BNETD conduite par l’environnementaliste Koutouan Evrard.

Sur une trentaine de localités traversées par la nouvelle route, 5 seront directement concernées par ces travaux qui entraineront la destruction de cimetières et/ou tombes, de sites sacrés et des plantations ou parties de plantations villageoises, a rapporté l’AIP.

Aussi, les populations ont-elles été rassurées sur le démarrage très bientôt de ces travaux. «Dès lors que l’on parle d’étude d’impact environnemental, alors la route n’est plus loin», a confié le préfet de région, Sanogo Al-Hassana.

Le tronçon Gagnoa-Gueyo, long de 56 km, est une partie de la route Gagnoa-Ledjian (128 km), «une route à deux voies» dont la construction est prévue avec une largeur de chaussée de 2X3, 5m et des accotements de 2X1, 5m.

Il s’inscrit dans le cadre d’un programme de bitumage de 37 tronçons identifiés par le gouvernement et l’Agence de gestion des routes (Ageroutes) à travers le pays.

Joseph N’GORAN                    
Source : acturoutes.info

Partagez cet article