Moronou / Motos taxis : Un business qui rapporte gros

Moronou est une localité du Dans ce gros village, le moyen de transport le plus utilisé ce sont les motos taxis.

Selon les habitants, ils font la loi sur les routes. Koffi Jérôme est un conducteur de moto taxi.

A chaque signe de la main, il se range sur la droite pour savoir la destination du client. “Le matin, quand je me réveille et je vais à la gare pour attendre les clients qu’on conduit dans tout Moronou et aussi dans les villages environnants“, affirme-t-il.

Avec 200 Fcfa ou 1.000 Fcfa, la course, les populations de Moronou se déplacent d’un point à un autre. Les cheveux au vent à cause de la vitesse, la poussière sur le visage. Ces engins qui prennent deux à trois passagers roulent à vive allure au mépris des passagers.

N’Goran Akissi, une habituée de ces engins, a déclaré que c’est le moyen le plus rapide pour circuler à Moronou. “Ils roulent trop vite, avec les nids de poule. Mais nous allons faire comment ? Souvent, nous craignons pour notre vie. Mais le transport est 200 Fcfa“, a-t-elle indiqué, résignée.

A sa suite, un autre client dénonce l’inconduite des conducteurs de motos taxis. “ Si j’avais les moyens, j’achèterais ma voiture, et là, je n’aurais pas à subir leur humeur, les odeurs de sueur et surtout leur indiscipline. Ou encore j’emprunterais toujours des taxis normaux, mais ceux-là se font rares ici et centre de la Côte d’Ivoire, dans le département de Toumodi, située dans la Région des Lacs. Les tarifs sont très élevés “, indique Brou Maturin, un gérant de cabine de ladite localité.

De son côté, Koffi Jérôme n’admet pas qu’on les traite d’indisciplinés. “Nous sommes très prudents sur les routes. Parce que, c’est de l’argent qu’on investit pour acquérir ces motos. La moto coûte 400.000 Fcfa. Nous pouvons faire comme recette en moyenne 5.000 Fcfa quand ça ne marche pas. Mais quand ça marche on peut descendre avec 20.000 Fcfa. Avec un carburant de 5.000 Fcfa, nous pouvons faire la semaine. Le trajet de l’autoroute du Nord jusqu’à Moronou est de 5 km. Il existe bien des personnes qui ne respectent pas leurs clients, mais à notre niveau, tout se passe bien“, a-t-il confié.

Nous sommes organisés et nous nous entendons parfaitement. Toutes les motos ici ont leurs papiers en règle. Le seul problème qu’on a, il y a des automobilistes qui font des sorties de route et qui foncent parfois sur nous à la gare. Moi par exemple, des véhicules m’ont raté deux fois là-bas“, nous fait savoir Koffi Jérôme en nous montrant les papiers de sa moto.

N’Dri Constant, un autre chauffeur de moto taxis, nous explique qu’il n’existe que deux gares dans la localité de Moronou. “Avec plus de 50 taxis motos, cela n’empêche pas qu’on fasse notre recette“, a-t-il conclu. Ces engins constituent le moyen de déplacement le plus utilisé dans la localité de Moronou.

Ismaël Diaby (Stg)
Le Sursaut

Partagez cet article