Port-Bouët - Tragique : Un automobiliste tue un autre pour son rétroviseur endommagé

La colère mal contenue peut se trouver être le cocktail explosif, pouvant conduire à des actes aux conséquences bien tragiques. C'est à pareille scène que des populations, à Port-Bouët, ont été contraintes à assister. C'était dans la nuit du dimanche 3 juillet 2016.

Sur les faits, nos sources informent que ce soir-là, le nommé Gildas Yoda, Burkinabé d'une quarantaine d'années, chauffeur-livreur pour le compte d'une entreprise de la place, est au volant de son véhicule de service.

Depuis la matinée, il procède à des livraisons auprès de clients résidant à Grand-Bassam. Alors, cette nuit-là, disions-nous, il est une fois de plus, en route pour la cité balnéaire. Hélas, en allant effectuer cet autre tour, le destin du malheureux va basculer. Et cela, bien entendu, il est loin de le savoir.

En effet, dans sa progression vers Grand-Bassam, l'homme arrive à la commune de Port-Bouët. Précisément à hauteur du maquis dénommé « Albatros ». Ici, il tente de dépasser un autre véhicule.

Malheureusement, dans cette manœuvre, il brise par mégarde, note-t-on, le rétroviseur de cette autre voiture. L'ayant su, il marque un arrêt. Certainement, dans le but de s'enquérir de l'ampleur des dégâts.

Mais lorsqu'il met pied à terre, c'est pour se retrouver en face du conducteur de la voiture dont il vient accidentellement de briser le rétroviseur. Ce dernier, en rogne, tient un couteau en main. Et de toute évidence, cet homme n'a pas l'intention de dialoguer.

La destruction de l'accessoire de sa voiture est impardonnable. Et Gildas Yoda qui vient de s'en rendre coupable, va le payer très cher. Ainsi, sans autre forme de procès, l'homme, selon nos sources, fait recours au poignard dans sa main et le plante violemment dans le thorax du chauffeur-livreur.

Lorsque sa victime se retrouve au sol, l’automobiliste qui vient de poser le terrible acte, remonte précipitamment dans son véhicule et démarre en trombe. Ne donnant ainsi le temps à personne, de relever la marque de son engin. Encore moins, son immatriculation.

De bonnes volontés, assistant à l'instant à la scène, courent au chevet du blessé grave. Et c'est dans un état très inquiétant, que Gildas Yoda est évacué à l'hôpital général de Port-Bouët.

Malheureusement, le pauvre va succomber à ses graves blessures. Le chauffeur-livreur est donc ainsi mort. Et on peut le dire, gratuitement. Le meurtrier, lui, est activement recherché. Mais comment le retrouver ? C'est toute la problématique.

Madeleine TANOU
Source : Soir Info

Partagez cet article