Problème de Voirie à Koumassi : L’offensive du Maire Raymond N’Dohi

La commune de Koumassi est malade de ses voies. En particulier, le Boulevard du Cameroun où circulaient les bus 05 et 11 de la Sotra et celui du Gabon de la ligne 32 sont impraticables à certains endroits.

Récemment, le Maire a fait une visite de terrain pour voir l’état d’avancement des travaux. Les populations de Koumassi en général et les taxis communaux appelé wôrô wôrô en particulier souffrent quotidiennement du mauvais état des voies de la commune baptisée par son actuel maire Raymond N’Dohi ‘’La commune du bonheur partagé’’.

Surtout les habitants des quartiers Inch’Allah, Baradji, les Pharmacies Saint Louis et Saint François, sont les plus défavorisés les soirs à la descente du bulot. Car sur 5 taxis communaux, seulement un peut accepter d’aller dans cette direction. Ces taxis préfèrent prendre les voies du Remblais, les voies des lignes 13 et 26 pour rallier les quartiers Houphouët-Boigny (Grand Campement), Aklomianbla, le terminus du Bus 32, Prodomo, Sogefiha, terminus 05…

En saison de pluie, c’est le calvaire. Car il est difficile de se déplacer à pied. Les eaux usées se confondant à l’eau de pluie stagnées sur les voies arrivent parfois au niveau des genoux à certains endroits de la commune. C’est face à ces désagréments récurrents que le Maire Raymond N’Dohi, excédé pas les cris de détresse des populations et parfois des accusations fallacieuses à son endroit avait décidé de descendre lui-même dans l’arène.

A cet effet, le jeudi 23 juin 2016, le Premier magistrat de Koumassi a visité pendant plus d’une heure les points critiques des voies impraticables et les lieux où règnent des problèmes d’assainissement. Raymond N’Dohi était accompagnée ce jour par ces partenaires chargés de la voirie et de l’assainissement (Sodeci, Anasur, Onad…).

A cette occasion, Aké Koffi du Service technique, a indiqué que la Mairie a fait tous les travaux qui lui incombaient en dehors de quelques aménagements qui restaient à faire. Aussi a-t-il laissé entendre que pour régler les problèmes des points critiques de la pharmacie Saint François sur le Boulevard du Gabon et ceux de Baradji et de la pharmacie Saint Louis sur le Boulevard du Cameroun jusque-là impraticable, il faut refaire tout le réseau (aérien, terre et les canaux).

Aujourd’hui si les usagers de la Pharmacie Saint François ont quelque peu retrouvé le sourire, en attendant que le bitume soit totalement refait à cet endroit, c’est grâce à des mesures coercitives de la Mairie. Et cela, face à des cas d’indisciplines et anti-éco- citoyen des populations. Après la visite de ces points critiques le Maire Raymond N’Dohi n’a pas manqué de le souligner. «Nous avons pu faire le tour aujourd’hui de tous les points critiques. Ce que nous avons pu constater, c’est que nos problèmes viennent de nous-mêmes », avait-il déploré.

En effet, pour le Premier magistrat de Koumassi, « Il y a une grande part d’incivisme de nos populations qui prennent le malin plaisir de brancher les trop-pleins de leur puits perdu ou de leur regard directement sur les voies, causant alors une dégradation de cette voirie ». Raymond N’Dohi n’a pas manqué d’indiquer à la presse ce qu’il entend faire pour mettre fin à ces cas d’indiscipline. « J’ai donné des instructions à mon service juridique pour qu’on prenne un arrêté en conformité au code de l’environnement et de la salubrité pour nous permettre de casser ces maisons qui sont des dangers pour tous. Parce que celui qui pollue devient un danger public. Nous allons donc agir très prochainement », avait-il menacé.

Séance tenante, il a donné des instructions pour dégager ce qui n’était pas légal. Il a intimé l’ordre à certaines PME qui occupent des voies ou obstruent ces voies avec leurs matériels de rentrer dans les normes. Le maire a profité de l’occasion pour lancer pour la nième fois, un appel au gouvernement afin de venir au secours de Koumassi qui a véritablement besoin de ‘’perfusions’’ pour ses voies. « Le maire ne peut pas dégager un budget de près de 20 milliards FCFA pour faire des travaux de cette envergure. Nos regards sont tournés vers l’Etat. Chacun sait que notre budget de fonctionnement ici à Koumassi est de 500 millions FCFA. Et l’ampleur des travaux mérite, selon les termes du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko, ‘‘un plan Marshall’’ », a-t- il plaidé.

Si pour les usagers de la Pharmacie Saint François les problèmes de circulation et d’assainissement sont réglés de moitié, ce n’est pas le cas pour l’école Baradji où il y stagne encore un véritable marigot source de plusieurs maladies pour les riverains. Et en attendant, rallier le Petit marché du quartier 3 Ampoule et Inch Allah reste un véritable calvaire pour les populations environnantes qui doivent encore faire un grand détour en voiture.

Ben Nandah
LEGENDE : Le maire Raymond N'Dohi recevant des explications du responsable du Service technique de la Mairie devant la Pharmacie Saint Louis en face de l’Ecole Baradji.
Source : Transport Hebdo

Partagez cet article