Prolongement de l’autoroute du Nord à Bouaké : Une enquête publique ouverte

Une enquête publique dans le cadre de l'étude d’impact environnemental du plan de prolongement de l’autoroute du Nord à Bouaké, a été ouverte mardi 11 août 2015, à Yamoussoukro.

Et ce, au cours d’une réunion présidée par le secrétaire général de préfecture de la capitale politique de la Côte d’Ivoire, Narcisse Sépy Yessoh, en présence du conseiller technique du ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement durable (MINESUDD), Léopold Kouaho.

Cette rencontre comptait aussi au rang de ses participants, des représentants des localités qui seront impactées et effleurées par le tracé de l’autoroute Yamoussoukro - Bouaké.

Une présence qui devrait permettre de prendre en compte leurs avis et recommandations. ‘’ Il s’agit de la prise en compte des intérêts des populations, de leur site, cimetières et de leurs croyances’’, a indiqué Léopold Kouaho, ajoutant qu’en pareille situation, pour déplacer les masses et les réinstaller, il y a des coutumes à honorer.

Le chef du projet des études de l’autoroute Yamoussoukro - Bouaké, Ouattara Sitigui, a précisé à son tour que dans le cadre de l’étude d’impact environnemental et sociale, des réflexions ont été menées pour esquiver tous les sites sacrés identifiés dans le tracé de l’autoroute. Il faut relever que l’autoroute Yamoussoukro - Bouaké, longue de 113 km, sera une voie à double circulation avec, au centre, une terre pleine de 12 m.

Elle partira du carrefour de l’aéroport de Yamoussoukro sur 6,5 km en voie expresse. ‘’A partir de ce point, l’autoroute commence jusqu’à Bouaké. Elle évitera toutes les localités, mais verra des échangeurs pour desservir les grandes localités ‘’, a situé Ouattara Sitigui.

Cette rencontre qui annonçait l’ouverture de l’enquête publique consistait à présenter aux populations de ces localités situées sur cette voie, l’importance de l’enquête publique et à exposer le projet de construction de l’autoroute, et l’étude d’impact environnemental et social.

A compter de cette réunion, ces populations ont donc dix jours francs pour faire enregistrer leurs suggestions dans les locaux de la sous-préfecture de Yamoussoukro, où un commis commissaire enquêteur a été nommé pour recueillir leurs observations.

55 localités et plus de 1,5 million d’individus dans le viseur du projet

Ce sont 55 localités comptant plus de 1,5 million d’individus qui seront impactés par la réalisation de l’autoroute Yamoussoukro- Bouaké, dévoilent des spécialistes chargés de produire l’étude d’impact environnemental et social.

Selon eux, la matérialisation de la tranche Yamoussoukro-Bouaké long de 132 km du projet d’autoroute qui reliera plus tard le Burkina Faso, impactera notamment Yamoussoukro, Lolobo, Tiébissou, N’djébonoua, Bouaké, zone d’influence directe du projet, où vivent plus de 1,5 million d'habitants.

DENIS TOKPA
Source : Arc-en-ciel

Partagez cet article