Réforme du transport/Les taxis compteurs: « Gaoussou ne peut pas faire un passage en force »

La fronde s’accentue contre le ministre des Transports, Gaoussou Touré. Lundi 31 mars dernier, l’Association des conducteurs de taxis compteurs (Actc) est entrée dans la danse. Son vice-président, Coulibaly Brahima, au cours d’un point de presse à Abobo, a souligné que son association avait gardé la prudence dans ce dossier. Tout en se donnant le temps de bien comprendre les tenants et les aboutissements de la réforme.

Après une visibilité claire de la situation, cette structure décide de se dresser contre cette réforme. «Le ministre Gaoussou Touré ne peut pas faire un passage en force. Il est obligé de nous écouter. Le Haut conseil des transporteurs n’est pas représentatif. Le jour qu’on va garer, personne ne pourra nous calmer, si ce n’est pas le président de la République», a prévenu Coulibaly Brahima. Par ailleurs, il a appelé la société civile à se soulever contre ladite réforme.

A l’en croire, le ministre Gaoussou Touré a confirmé, lors du débat télévisé du mardi 25 mars 2014, ce qui, pour sa corporation, paraissait comme une rumeur, à savoir : le renouvellement obligatoire de tous les permis format carte crédit. « Ce n’est pas une affaire des transporteurs seulement. Mais, c’est tous ceux qui ont des permis de conduire qui seront frappés par cette réforme », a-t-il indiqué.

Aussi, s’est-il dit « déçu », des propos du ministre. Qui laissent entrevoir une très probable reconnaissance des véhicules banalisés sous le statut de taxis intercommunaux. Ce qui est, à ses yeux, une véritable menace pour les taxis compteurs et également une remise en cause des promesses du ministre de ne pas autoriser ce mode de transport en Côte d’Ivoire.

Le vice-président de l’Actc a, pour sa part, regretté que la réforme ne préserve pas les acquis des six (6) années de l’Agence des transports urbains (Agetu). «Au regard de ce qui précède, nous, conducteurs de taxis compteurs, regroupés au sein de cette association, demandons au ministre des Transports de bien vouloir surseoir à la mise en oeuvre de sa réforme et de convoquer un séminaire au cours duquel, nous examinerons ensemble, les modalités de prise en compte des préoccupations que nous venons d’évoquer», a suggéré Coulibaly Brahima

B.S.

Le Mandat

Partagez cet article