Régularisation des “véhicules banalisés” : Voici la procédure à suivre

On en sait un peu plus sur le processus que les propriétaires de taxis intercommunaux (appelés véhicules banalisés) devront suivre pour se mettre en règle.

Le Syndicat autonome des propriétaires et chauffeurs de taxis intercommunaux (Sati-CI) a déroulé, hier à Cocody Inades, les étapes à suivre. Lesquelles souligne le syndicat découlent du protocole d’accord signé le 2 novembre entre le ministère des Transports et les acteurs du transport.

D’abord, les véhicules de transport intercommunal (depuis la signature du protocole) doivent posséder les mêmes documents administratifs que les taxis compteurs. Il s’agit notamment de la carte grise, de l’autorisation de transport délivrée par l’Agence de gestion du transport urbain (Agetu), de la patente, de la vignette, de la visite technique de transport (6 mois), de l’assurance transport, de l’inscription au registre des transports urbains, du paiement de la Taxe de transport urbain (Ttu), à l’exception de la pose du compteur horokilométrique.

Outre cela, ils doivent se conformer au respect des lignes à eux accordées et à la limitation du transport intercommunal, uniquement, qu’aux véhicules de cinq places y compris le conducteur. Dans le processus d’acquisition des ces documents, le propriétaire de véhicule se rend d’abord à l’Agetu pour l’inscription au registre des transports urbains, où il lui est délivré un certificat de transport dans la catégorie demandée. Il se rend ensuite aux impôts où il s’acquitte de la Ttu et la patente transport. Ce processus s’achève par la visite technique transport ( 6 mois) délivrée par la Société ivoirienne de contrôle technique automobile (Sicta).

Le point d’achoppement Mais à en croire la Sati-Ci, c’est au niveau de la visite que se situe le problème. Pour Hien Pascal, Secrétaire général de la Sati-Ci les propriétaires et chauffeurs de taxis intercommunaux se sont réunis dans une structure formelle de gestion et de coordination, par la création de la Société de transport intercommunal (Sotic SA), société anonyme à Conseil d’administration afin de faire avancer les choses. Cependant , poursuit-il, ils attendent l’autorisation du ministère des Transports à la Sicta pour accorder la visite technique aux véhicules dits banalisés.

En effet rappelle-t-il, à une réunion tenue le mardi 18 juin à la Sicta, il a été arrêté ce qui suit: « Pour la passation de la visite technique des taxis intercommunaux ou encore véhicules banalisés, il faut: un courrier du Ministère des transports, adressé à la Sicta, lui donnant l’autorisation d’effectuer le contrôle technique des taxis intercommunaux dans la catégorie des transports urbains, l ’identification des véhicules par une antenne et un macaron et la présentation du certificat d’inscription au registre des transports urbains délivré par l’Agetu ». Selon lui, c’est ce courrier du ministre qui bouclera le processus

L'expression

Partagez cet article