Régulation de la circulation : A quand la rigueur ?

Dites-moi quelle différence faites-vous entre un carrefour où se trouve des agents de l’ordre et un autre où ils ne sont pas présent et moi je vous direz leur importance : Aucune.

Alors vous aurez compris que nos policiers censés réguler la circulation aux différents carrefours du district d’Abidjan éprouvent d’énormes difficultés à assoir pleinement leur autorité.

Car malgré leur présence, l’on constate malheureusement que les automobilistes sont toujours indisciplinés. Des conducteurs peu courtois qui n’ont que faire du code de la route malgré la présence policière.

Cette situation récurrente est à l’origine de nombreux embouteillages. Des agents de régulation de la circulation ont parfois du mal à imposer leur autorité à cause de leur manque de rigueur.

A Yopougon au carrefour Keneya, cette présence ne semble en rien inquiéter les automobilistes qui prennent souvent les sens inverses sans la moindre crainte.

A Adjamé Liberté, l’on est même tenté de se demander à quoi servent les policiers chargés de réguler la circulation d’autant plus qu’il y règne un grand désordre.

Laxisme ou simple faiblesse ? Parfois dépassé par l’ampleur des bouchons, ils assistent impuissament au désordre. Trop généreux envers ceux qui outrepassent les règles, ils occasionnent par cette indulgence exagérée les embouteillages qu’ils étaient censés réduire.

Devant des automobilistes prêts à tout pour semer le désordre, nos policiers doivent disposer de plus de moyens pour réguler la circulation.

Pour certains, les raisons sont toutes là: « cette unité contient trop de femme ». Simples préjugés pour d’autres qui estiment « qu’il faut juste être sévère envers les conducteurs indisciplinés en les sanctionnant ».

Zika Fils
Le Nouveau Consommateur

Partagez cet article