Réhabilitation de l’axe Samaké-Maire d’Abobo : A quand le démarrage effectif des travaux

L’une des informations majeures qui ont retenu l’attention des ‘’abobolais ‘’ lors de la première session du Conseil municipal du lundi 29 février est le démarrage imminent des travaux de réhabilitation du tristement célèbre tronçon carrefour Samaké–Mairie d’Abobo. L’annonce a suscité beaucoup d’espoir. Surtout que, cette voie depuis des années, donne du fil à retordre aux populations de la cité martyre.

Selon l’adjoint au maire, Touré Kennedy, les travaux démarreront ce mois de mars. Du côté des services de communication de la mairie où nous avons voulu avoir une date précise du décollage des travaux, l’on nous apprend que ledit tronçon ne relève pas de la compétence de la mairie.

Mais que toutefois, le maire Adama Toungara a entrepris des démarches auprès du ministre des Infrastructures Economiques, Patrick Achi qui a donné son accord.

Selon le collaborateur du maire, les travaux commenceront effectivement ce mois. Il reste, selon lui, quelques petits réglages parce que le maire Adama Toungara veut que toutes les grandes voies de desserte soient bitumées. «Les études ont été bouclées depuis 2014», précise-t-il. Et c’est le Projet de renaissance des infrastructures de Côte d’Ivoire (Prici) qui devrait financer le chantier.

Mais le hic, c’est qu’aucune date précise n’a encore été donnée pour ce démarrage effectif des travaux maintes fois reportés. Sur le terrain, aucun dispositif non plus n’est encore visible.

Cette absence de précision sur le démarrage des travaux inquiète plus d’un habitant. «On nous a plusieurs fois dit que les travaux allaient débuter et ça n’a jamais été fait», fait remarquer un habitant du quartier Kennedy rencontré hier. «Le lundi le maire Touré Kennedy a dit que les travaux de la route vont démarrer ce mois, mais si rien n’est fait nous allons sortir pour protester», a laissé entendre Traoré Abou, un chauffeur de gbaka.

En effet, la dégradation du tronçon s’accentue chaque jour un peu plus, agrandissant les trous sur le bitume qui n’existe quasiment plus. Les caniveaux bouchés n’arrivent plus à drainer l’eau qui stagne sur la chaussée. Espérons donc que cette-fois soit la bonne.

Par Kuyo Anderson
L’Expression

Partagez cet article