Renouvellement du parc automobile : Les transporteurs en colère

Le président de la Coordination nationale des gares routières de Côte d’Ivoire (Cngr-CI) s’est prononcé samedi dernier, sur les points qui minent le secteur du transport.

Les transporteurs sont en colère contre le ministre des Transports, Gaoussou Touré. Ils l’ont exprimé samedi dernier, au cours d’une conférence de presse à Adjamé animée par Touré Adama, président de la Coordination nationale des gares routières de Côte d’Ivoire (Cngr-CI).

Plusieurs points ont été soulevés par ces opérateurs économiques. Au titre du renouvellement du parc automobile annoncé depuis 2011, Touré Adama a précisé que ce projet est un échec. «Pour donner la preuve de cet engagement, le mercredi 25 août 2011 à la gare routière ‘Gbeba’ d’Adjamé, le ministre des Transports en personne a remis 12 véhicules à des transporteurs avant de les récupérer tout juste après la cérémonie pour des raisons que nous ignorons. Toute chose ayant suscité le courroux des acteurs. Jusqu’à cette date, aucun véhicule n’a été remis à un transporteur dans le cadre de ce renouvellement», a-t-il déploré.

Par ailleurs, Touré Adama a ajouté qu’une centaine de véhicules viennent d’être acquis pour être remis aux transporteurs dans les jours à venir.

Toutefois, il a révélé que tous les bénéficiaires de ces engins sont tous des proches du ministre Gaoussou Touré. «Selon des sources proches de la structure en charge du renouvellement du parc automobile, une flotte d’une centaine de véhicules (dont des taxis) serait en passe d’être livrée à des proches du ministre des Transports. La CngrCI est convaincue que le copinage guiderait la distribution de ces véhicules, et prend l’opinion nationale et internationale à témoin », a dénoncé le président de la Cngrci.

A ce sujet, le ministre des Transports a récemment annoncé que le renouvellement du parc automobile sera effectif cette année.

Selon lui, des actions vigoureuses ont été engagées pour accompagner les transporteurs dans l’acquisition de véhicules neufs à des prix abordables.

Les travaux de la gare d’Adjamé bloqués

Touré Adama s’est ensuite prononcé sur les travaux de la gare internationale d’Adjamé lancés en 2013 par le président de la République.

Selon lui, le ministre Gaoussou Touré avait assuré le Président Ouattara que cette infrastructure sera livrée dans les délais, c'est-à-dire avant son premier mandat. «Jusqu’au samedi 16 juillet 2016, c’est la broussaille qui s’est emparée des lieux, les ferrailleurs y reviennent subtilement et progressivement, sonnant le glas de l’espoir des transporteurs», a révélé Touré Adama.

Il souligné qu’au moment où la réalisation de ce projet est incertaine, des personnes sont manipulées pour exproprier la gare « Gbeba » d’Adjamé aux transporteurs. «La CngrCI annonce ici et maintenant, qu’elle ne va jamais accepter cette expropriation, d’autant plus que pour elle, c’est une question de vie ou de mort. A priori, la construction et l’aménagement des gares routières sont du ressort de l’Etat à qui les transporteurs payent toutes leurs taxes. Au regard des investissements de l’Etat à l’aéroport, au port, et aux chemins de fer, les routiers ivoiriens concluent qu’ils sont l’objet d’un mépris », a indiqué le conférencier.

La réforme du permis de conduire qui fait couler beaucoup d’encre n’a pas été oubliée par Adama Touré. Il a soutenu qu’il existe la fraude aux examens de code et de conduite, l’inexistence de données dans les puces de l’ancien permis, et le racket. Il s’est également insurgé contre l’irruption des ‘’taxis jet et Africab’’ dans le secteur des taxis-compteurs. «Face à l’échec de la tutelle, devant ces ‘banalisés’ et ‘taxis jet’, les transporteurs exaspérés décideront dans les jours à venir, des opérations de protestations jusqu’à la libération totale de leur secteur de ces prédateurs », a-t-il dit.

Face à toutes ces difficultés que traverse le secteur des transports, Adama Touré (qui était assisté de plusieurs transporteurs) a exigé un audit sur la gestion du ministère des Transports, la restitution entière aux usagers de tous les montants versés dans les caisses de l’opérateur Quipux à la faveur de ce renouvellement de permis, et même la démission du ministre des Transports.

Cames Koffi
Source : Le Mandat

Partagez cet article