San Pedro / Secteur du Transport : Une nouvelle compagnie interdite d’activité

A San Pedro, le secteur du transport de passagers est miné par une crise ouverte depuis quelques semaines. Elle oppose la Société Bokoumbo transport de l’Agnéby (Sbta), une compagnie nouvellement implantée dans cette ville aux Syndicats des transporteurs réunis au sein du Haut conseil du patronat des entreprises de transport routier en Côte d’Ivoire.

Les deux parties en conflit ont manqué de s’affronter, le vendredi 03 novembre, à l’occasion du voyage inaugural de la nouvelle compagnie. Ce jour-là, une horde de syndicalistes a fait irruption à la gare Sbta pour empêcher les cars de transporter des passagers à partir du « sol » de San Pedro.

Pourquoi cette opposition ? Selon Soumahoro Moustapha, responsable local de la Sbta, la compagnie dont le siège social est à Abidjan a décidé de s’implanter à San Pedro en plus des localités d’Agboville, Divo, Oumé, Gagnoa, Lakota qu’elle dessert.

Cette initiative, a-t-il souligné, à été saluée par les autorités du ministère des Transports en ce sens qu’elle s’inscrit dans la vision du chef de l’Etat de créer des emplois en vue de la réduction du chômage dans le pays. « Nous sommes une entreprise légalement constituée et en règle vis-à-vis du Fisc. En venant ici, bien que nous n’ayons pas besoin d’autorisation préalable de qui que ce soit, nous avons adressé un courrier aux autorités municipales et préfectorales et même rendu une visite de courtoisie à nos confrères. Grande fut notre surprise d’entendre un prétendu collectif de syndicats nous signifier que si nous tenons à nous installer ici, alors il faudra nous conformer à une autre réglementation qui est la leur. La profession de transport est libérale en Côte d’Ivoire », a-t-il souligné non sans dénoncer des lois parallèles à celles de la République.

« Les syndicats sont des associations privées et l’adhésion à un syndicat est libre. Nous avons saisi la chambre de commerce, les autorités administratives en vue d’un règlement pacifique », a-t-il expliqué au cours d’un entretien le vendredi 13 novembre à son bureau.

Approché le même jour, Sékou Koné, l’autre protagoniste et délégué adjoint du Haut conseil du patronat des entreprises de transport routier en Côte d’Ivoire, section San Pedro, s’est voulu catégorique. «De nos jours, le transport est organisé par les syndicats. L’Etat a ses lois et les vraies lois se trouvent sur le terrain. Il existe ici des syndicats des transporteurs. L’organisation de l’activité du transport relève de leur prérogative. L’Etat n’a rien à voir dans ça. Quant un promoteur veut faire le transport dans n’importe quel segment de l’activité (taxi, grumiers, remorques, cars), après s’être acquitté des formalités administratives, il doit nécessairement venir voir les syndicats qui lui disent comment il doit rouler. Après tous les documents de l’Etat, la décision appartient aux syndicats », a-t-il indiqué.

Puis, Sékou de poursuivre en disant que Sbta est venue s’installer de façon cavalière. « A San Pedro, ceux qui croient que, du fait des moyens colossaux dont ils disposent, ils peuvent venir phagocyter les autres entreprises, se trompent. Tant que Sbta ne viendra pas à nous pour discuter et accepter nos conditions, elle n’exercera jamais ici. D’ailleurs, à cause de leur arrogance nous leur avons intimé l’ordre de ramasser leurs cars et de s’en aller d’ici immédiatement », a martelé notre interlocuteur.

Pour le règlement de ce conflit entre la compagnie Sbta et les syndicats des transporteurs, Nabo Bouéka Clément, député-maire de San Pedro s’est saisi de l’affaire. Et au cours de la rencontre organisée à cet effet le jeudi 12 novembre au centre culturel, celui-ci a pris fait et cause pour les syndicats. Nous y reviendrons.

Doslaye, correspondant régional
Source : Le Sursaut

Partagez cet article