Secteur pétrolier / Après l’affaire ’’Probo Koala’’ Trafigura va distribuer le carburant aux Ivoiriens

«Depuis la fin de l’exercice 2015, Petroci-Holding présente un résultat d’exploitation déficitaire du fait de la chute des cours du pétrole brut, aggravée par les pertes de l’activité de distribution.

Au regard de cette contre-performance et des résultats de l’audit organisationnel et social, le Conseil a instruit le ministre chargé du Pétrole et de l’Energie et l’ensemble des ministres concernés à l’effet de conduire des négociations entre Petroci-Holding et Puma Energy, intéressée par la reprise des actifs et activités de distribution de Petroci ».

Ce paragraphe est extrait du communiqué du Conseil des ministres du mercredi 10 février présidé par le chef de l’État, Alassane Ouattara. La compagnie Puma Energy s’apprête à acquérir tout le réseau de distribution de produits pétroliers de la Société nationale d’opérations pétrolières de Côte d’Ivoire (Petroci), si l’on en croit le ministre Bruno Koné, porte-parole du gouvernement.

Puma Energy, l’on s’en souvient, n’est autre que la filiale de la multinationale Trafigura, l’affréteur du cargo Probo Koala, responsable du déversement des déchets toxiques dans le district d’Abidjan. Nous étions, le 19 août 2006, lorsque le Probo Koala, un navire grec d’équipage russe battant pavillon panaméen, affrété par la société Trafigura, dont l’adresse fiscale se situe à Amsterdam, le siège social à Lucerne (Suisse) et le centre opérationnel à Londres, a reçu l’autorisation d’appareiller dans le Port autonome d’Abidjan (Paa).

La compagnie locale Tommy, qui venait tout juste d’être créée le 12 juillet 2006, a été mandatée par la société Puma Energy afin de décharger et traiter les 528 m3 de déchets, hautement toxiques, des cuves du navire.

Ces déchets toxiques ont été déversés dans la décharge publique d’Akouédo et dans près d’une dizaine d’autres sites à forte densité de population. ils ont dégagé des gaz mortels faisant, selon la justice ivoirienne ainsi que les rapports effectués par le rapporteur spécial de l’Onu sur les déchets toxiques (OkechukwuIbeanu), 17 morts et plus de 100.000 personnes intoxiquées.

C’est cette entreprise qui, dans les jours à venir, s’emparera du réseau de distribution de la Petroci, (estimé à 40 stations dont une trentaine en activité) afin de vendre du carburant aux Ivoiriens.

Le coût de cession, dans ce marché conclu de gré à gré, n’est pas encore connu. Des discussions sont ouvertes entre Petroci et Puma Energy afin d’évaluer les actifs et d’en fixer le prix. En Côte d’Ivoire, cette société est dirigée par Ahmadou Touré, neveu du président de la République, Alassane Ouattara.

C’est en 2015 que la filiale à Abidjan de Trafigura a obtenu son agrément pour la distribution de produits pétroliers en terre ivoirienne. Etant auparavant orientée dans l’achat de ces produits (courtage pétrolier) en vue de les stocker dans ses tanks du port d’Abidjan avant de les réexporter vers la sous- région.

Au cours des derniers mois, Petroci a perdu plus de 6 % de parts de marché dans le secteur de la distribution de produits pétroliers, dominé par le Français Total et par Vivo Energy.

Elysée LATH
Source : Le Sursaut

Partagez cet article