SICTA: Bientôt une station pour les véhicules poids lourds

Après une station pour les véhicules neufs importés, à Abidjan, la Société ivoirienne de contrôle techniques automobiles et industriels (SICTA) envisage un autre point de contrôle spécialement réservé cette fois aux véhicules poids lourds, d’après les perspectives dévoilées par son Directeur général, Ya Emile, mercredi à Dabou.

« Nous recherchons un espace au nord d’Abidjan pour la construction d’une station pour les poids lourds », a-t-il laissé entendre comme un avis lancé à toute autorité ou individu qui pourrait faciliter l’acquisition de ce terrain.

Le choix de la zone nord de la capitale économique ivoirienne est suffisamment évident car la zone sud est pratiquement saturée par les grands complexes industriels. Et un projet comme celui d’une plate forme dédiée aux gros porteurs exige une emprise d’une certaine envergure.

Jusque-là, les visites techniques des camions se font sur les autres stations permanentes entrainant quelques désagréments sur la chaine. Car le contrôle des gros porteurs se fait avec une certaine « lourdeur ». Sans oublier que les poids lourds quand ils sont défaillants sont souvent considérés comme des sources d'accident et des facteurs aggravants des bilans sur les routes.

L’objectif de ce projet est donc de pousser plus loin l’amélioration de la qualité de service à la SICTA. C’est à ce besoin que répond d’ailleurs la station dite « Concessionaires » située à Marcory, inaugurée en juin 2012 et qui traite uniquement les véhicules neufs importés. Mais il s'agit surtout de contribue à une meilleure sécurité des usagers.

Par ailleurs, la SICTA s’est engagée cette année à harmoniser les critères et procédures de la visite technique qu’on soit sur une station permanente ou sur une station périodique. D’où l’acquisition de 3 bancs mobiles présentés par le Directeur général comme la copie conforme des équipements de dernière génération installés sur les stations informatisée et automatisées. Il n’a pas caché sa gène de voir des usagers trier les stations pour les visites techniques de leurs engins en privilégiant les stations périodiques encore à l’épreuve des anciens procédés, comme le freinage dynamique.

Avec l’inauguration mercredi, de la station permanente de Dabou, la 18è station informatisée et automatisée, et celle d’autres stations qui vont suivre à l’intérieur du pays, le message à l’endroit des usagers est qu’ils ne pourront plus ruser avec les contrôles de l’état mécanique des véhicules. Ce n’est plus qu’une question de temps.

Célestin KOUADIO
acturoutes.info

Partagez cet article