Total trouve du pétrole au large de la Côte d’Ivoire

Le groupe français fonde de grands espoirs sur ce pays, à la production de pétrole encore très modeste.

Entamée il y a deux ans, la politique d’exploration « audacieuse » de Total commence à porter ses fruits. La major française a annoncé hier avoir découvert un gisement de pétrole au large de la Côte d’Ivoire, en eaux très profondes. Le puits d’exploration Ivoire-1X, situé à 100 kilomètres au sud-est d’Abidjan, lui a permis de découvrir une couche de pétrole de « bonne qualité » sur 28 mètres d’épaisseur, à 5.000 mètres de profondeur (dont 2.300 mètres d’eau). Les données sont en cours d’analyse et permettront d’évaluer les réserves contenues dans ce gisement, lié à son permis CI-100 .

La découverte permet en tout cas à Total de conforter ses espoirs en matière d’exploration au large de la Côte d’Ivoire. « Elle montre que le système pétrolifère du bassin de Tano, qui contient notamment le champ Jubilee au Ghana, s’étend jusqu’au bloc CI-100 », indique le groupe dans un communiqué.

Découvert en 2007 et opéré par le britannique Tullow, Jubilee est l’une des plus grosses découvertes des dix dernières années au large de l’Afrique de l’Ouest, avec des réserves estimées à plus de 1 milliard de barils, sur la thématique dite des « marges abruptes ». Ces formations géologiques particulières, constituées de sédiments accumulés au pied du flanc du plateau continental, constituent l’un des nouveaux thèmes d’exploration apparus ces dernières années, sur lesquels Total s’est résolument positionné, notamment en Guyane et en Mauritanie.
Campagne de sismique 3D

Le permis CI-100 était le premier acquis par Total. Le groupe avait racheté en 2010 une participation de 60 % à la compagnie ivoirienne privée Yam’s Petroleum, qui en a conservé 25 %, la compagnie nationale Petroci détenant de son côté 15 %. Le groupe français a acquis depuis, en février 2012, trois autres permis d’exploration au large du pays, dont il détient entre 45 % et 54 %, avec Canadian Natural Ressources International, Anadarko et Petroci. Les données obtenues sur ces permis grâce à une première campagne de sismique 3D, effectuée en décembre 2012, sont en cours d’interprétation.

Avant Total, d’autres sociétés ont annoncé des découvertes au large de la Côte d’Ivoire : le russe Lukoil, avec Panatlantic et Petroci, en décembre 2011, et le britannique Tullow, associé à Anadarko et à Petroci, en juin 2012. Sans estimations de réserves à ce stade. En 2010, le pays avait produit à peine près de 40.000 barils de brut par jour.

A. F

Partagez cet article