Transport ferroviaire : Le projet africain de bolloré bientôt en bourse

Au moins quatre banques, Goldman Sachs, BNP Paribas, Société générale et Crédit agricole, ont été mandatées par Vincent Bolloré pour travailler à l’introduction en Bourse de son projet de réseau ferroviaire en Afrique.

Pour lever des capitaux afin de financer son projet de réseau ferroviaire en Afrique, du nom de « BlueLine », qui traverse la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Niger, le Bénin et le Togo, Vincent Bolloré a engagé quatre banques : Goldman Sachs, BNP Paribas, Société générale et Crédit agricole .

«Nous avons toujours dit que nous étudierions toutes les possibilités pour trouver le bon financement. Jusqu'à maintenant, nous avons toujours avancé sur nos fonds propres», a déclaré Eric Melet, le président de Bolloré Africa Railways, une filiale du groupe Bolloré.

Le financement du « BlueLine » nécessite la somme de 2,5 milliards d’euros (environ 1637 milliards de F CFA). «Dans tous les cas, nous voulons garder le contrôle et nous apporterons une part significative du financement, comme le groupe l'a toujours fait», a-t-il révélé.

Notons que, le projet de boucle ferroviaire ouest-afri- caine traversera cinq pays: la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso, le Niger, le Bénin et le Togo. Entamé en 2013, ce projet doit être achevé d'ici huit ans.

Dans le cadre de ce projet, le groupe Bolloré prévoit de rénover des lignes existantes et d'en construire des nouvelles. Cette ligne ferroviaire devrait aussi profiter de synergies avec les terminaux à conteneurs du groupe Bolloré dans les ports en Côte d'Ivoire, au Bénin et au Togo.

A.H

Partagez cet article