Transport : Les Gnambro sommés de baisser leurs «taxes» / Réduire leurs prélèvements ou disparaître

Les Gnambro ont été sommés de baisser leurs « taxes » de chargement, et autres prélèvements, qui constituent un facteur bloquant de l'application du réajustement tarifaire du transport en Côte d'Ivoire, lancé depuis le 1er août 2016.

Pointés du doigt par l'ensemble des conducteurs, notamment ceux refusant d'appliquer cette mesure, ils ont été fermement mis en garde, le samedi 20 août 2016, au cours de deux réunions à Yopougon et à Adjamé, initiées par le Haut conseil du patronat des entreprises du transport routier de Côte d'Ivoire (Hcpetrci).

Cette faîtière des transporteurs a tapé du poing sur la table, et donné de la voix. « Soit les Gnambro s'alignent sur cette mesure, c'est-à-dire qu'ils baissent les montants de leurs prélèvements, soit ils arrêtent tout. Il n'y aura plus de Gnambro en Côte d'Ivoire ! », ont martelé les responsables de cette organisation.

Ils ont expliqué qu'au cours des rencontres qu'ils ont eues avec les conducteurs à Yopougon, le matin, et à Adjamé, dans l'après midi, leurs hôtes ont fait savoir que la baisse de 50 francs Cfa, à laquelle s'ajoutent les charges excessives des Gnambro, ne leur permettent pas de réaliser leurs recettes journalières.

Les efforts doivent être supportés par tous les maillons de la chaîne. Un raisonnement qui a reçu l'assentiment des membres de la délégation du Hcpetrci. Pour eux, il est juste que chacun mette la main à la pâte.

En sus, ils soutiennent qu'il n'est pas question de faire machine arrière, et que les nouveaux tarifs doivent s'appliquer. Aussi, ont-ils décidé de s'attaquer aux entraves à cette décision. « On ne reculera pas. Alors-là, pas du tout ! Les nouveaux tarifs seront appliqués. Nous saluons d'ailleurs, les transporteurs qui font des efforts pour respecter la mesure, et nous invitons tous ceux qui traînent encore les pas, à rentrer dans les rangs », se sont-ils montrés fermes.

Nos sources au sein de cette organisation, indiquent que la délégation du Hcpetrci ne compte pas s'arrêter là. Elle envisage de parcourir l'ensemble des grandes communes du District d'Abidjan, pour ressasser les problèmes que rencontrent les acteurs sur le terrain, et apporter les « correctifs » nécessaires.

Rappelons que, pour faire chorus avec le chef de l'État, Alassane Ouattara, qui avait appelé, le 1er mai 2016, les transporteurs à revoir à la baisse leurs tarifs, ces acteurs, sous la houlette du Hcpetrci, ont décidé d'une réduction de 10 à 30 % des titres de voyage.

La mise en œuvre de cette décision a débuté, il y a vingt (20) jours, avec des fortunes diverses. Si dans plusieurs communes, les populations ont salué le respect par les transporteurs de la parole donnée, elles sont nombreuses, celles qui ont déchanté des jours après. Aussi, afin de mettre tout le monde au même diapason, le Hcpetrci s'emploie-t-il à la sensibilisation.

Jonas BAIKEH
Source : Soir Info

Partagez cet article