Transports en commun et petite monnaie

Bus, taxis compteurs et communaux (wôrô wôwô), minicars gbakas sont les principaux acteurs de ce secteur et tous sont confrontés à ce problème de monnaie.

Cela ne ferait l’objet d’aucune alerte si tout se passait bien, mais hélas ce n’est pas le cas.

A preuve, rappelons quelques incidents liés au manque de jetons, mort d’hommes (apprenti gbaka et policier) à Adjamé Liberté en 2016, embouteillage sur le pont HKB, récurrentes bagarres entre passagers et conducteurs, amendes et emprisonnement sotra parce que le receveur a refusé le billet de 1000 FCfa et que la brigade de contrôle ne veut rien comprendre, retard au bureau parce que le chauffeur refuse de vous y conduire puisqu’il n’y a pas de monnaie, etc.

Dans cette affaire, certains sont privilégiés : les ponts à péage, ils ont toujours la monnaie car la Bceao les ravitaille continuellement.

Au passage, je demande aux mendiants d’échanger leurs jetons par des billets de banque car il faut que les pièces de 50, 100, 200, 500 FCfa circulent. C’est une affaire qui nous concerne tous.

YANZU DONALD ACKILEY, II PLATEAUx

Source : Frat Mat

Partagez cet article